29Poutine-mafia

Plus d'infos sur ce pictogramme



Il n’y a pas de petites économies, même quand on s’appelle Vladimir Poutine. Avec son pays englué dans un conflit qui semble sans fin en Ukraine, à la suite des nombreuses sanctions économiques internationales et subissant de plein fouet les contrecoups de la chute du prix du pétrole, le dirigeant Russe a pris la lourde décision de réduire la corruption en perspective de la Coupe du Monde de Football 2018, afin de ne pas guider trop vite son peuple vers une pauvreté qui lui est toute destinée.

Plus tôt cette semaine, le chef du Kremlin avait annoncé sous les applaudissements des membres de son gouvernement,  que la Russie avait dépensé environ 33 milliards d’Euros en corruption pour les Jeux Olympiques d’hiver 2014 à Sotchi (soit seulement les 2 tiers de la somme qu’il avait prélevée à sa population), et qu’il avait gardé le reste ne sachant pas quoi en faire. Toutefois, il semblerait que cette époque soit révolue car M. Poutine ne souhaite plus financer les membres de la FIFA ainsi que l’industrie pyramidale issue de la Mafia.

“Il faut un véritable changement de mentalité des entreprises, des criminels, mais aussi des gens eux-mêmes. Les citoyens doivent apprendre à compter sur leur propre réseau. A eux d’acheter leur voisin ou leur frère, au lieu de venir mendier au gouvernement pour que ce soit moi qui aille les corrompre. L’argent conservé servira alors au moins à moi-même et à mes amis qui ne pouvons plus investir dans des comptes occultes à l’étranger”.

Selon les spécialistes locaux, 20000 fonctionnaires Russes devraient en subir directement les conséquences et ainsi, perdre leur emploi. Toutefois, l’estimation mondiale faite par les services secrets Français laisserait plus penser à une perte de 50000 emplois au total, dont seulement 1000 pour l’ensemble des autres pays. En effet, le nombre de futurs chômeurs sur la planète serait plutôt à la baisse en raison de l’important financement “corruptif” injecté par le Qatar pour le mondial 2022, qui renforcerait la stabilité du marché des dessous de table.