Photo insolite : Un Yéti poste un selfie sur Instagram avec 2 scientifiques

Photo insolite : Un Yéti poste un selfie sur Instagram avec 2 scientifiques.

Plus d'infosDepuis notre envoyé spécial à Katmandou :

Pendant qu’une grande partie du monde s’installait, hier soir, devant son petit écran pour voir la finale du Mondial 2014 au Brésil, l’ensemble de la communauté scientifique, elle, affluait vers le réseau social Instagram lorsque un Yéti posta lui-même une photo de lui entouré des deux éminents biologistes canadiens spécialistes de la faune. Le cliché a été commenté de la main même de l’animal “Jiudg düyrg. Fkleivduy zaghôtui hu bouhbou ?” (Ils m’ont trouvé. Qui veut refaire une partie de cache-cache ? – Google Traduction en Yéton/Français)


“Quelle excitation !” s’exclama Lucas Micaze, champion du monde 2009 de chasse extrême dans la catégorie 80-90 kg. “Cela n’arrive qu’une seule fois dans sa vie que l’on puisse avoir une telle opportunité. Nous ne pouvons toujours pas tuer légalement d’autres êtres humains donc la possibilité de pouvoir tirer un Yéti me fait b. (bip).der. Je suis en train de réserver mon voyage au Népal via Expedia, cette grosse bête velue terminera ses jours dans mon congélateur. La rumeur dit que sa viande a un peu le goût du poulet mélangé à du poisson. Tiens-toi prêt car j’arrive, gros poilu !”


Aussi excitée que la communauté de la chasse semble être, les scientifiques du monde entier appellent à un cessez-le-feu afin que la bête puisse être trouvée et étudiée. “Nous le voulons vivant !” supplie le spécialiste Henry Jaunes, professeur émérite d’archéologie à l’université de Paris-XII. “Le Yéti mérite d’avoir un peu de tranquillité. Il a évidemment très peur et a besoin d’une thérapie pour surmonter son angoisse. Nous pourrions le mettre dans un très joli zoo afin qu’il puisse reconstruire son estime de soi. De plus, en captivité entre des barreaux, nous arriverions peut-être à le faire parler afin qu’il nous indique où se trouvent ses congénères, les accoupler et ainsi garder leur espèce vivante à travers le temps ? Les possibilités sont infinies et nous avons tant de questions. Les réponses sont là-bas, au sommet de l’Himalaya. La seule chose qui est sûre, c’est que la bête ne peut pas être chassée par des accros à l’adrénaline munis de leurs fusils”.

Alors que le débat fait rage, une source anonyme a indiqué que le Yéti a posté une série de messages sur Twitter après la publication de sa photo. La bête s’y serait ventée d’avoir mangé les deux humains après avoir pris son selfie et qu’elle serait repartie se cacher : elle ne se montrera plus au grand jour avant bien longtemps. Elle aurait aussi reconnu avoir quelques problèmes de dépression et d’anxiété, signalant toutefois qu’elle refuse de se faire traiter par une autre médication que l’homéopathie et surtout pas par des thérapeutes qu’elle considère comme des charlatans.