ge

Image d’illustration : asomadetodosafetos.com

Kelly Diott, une jolie Parisienne de 32 ans mariée et mère de 2 adorables enfants, vient de vivre une mésaventure digne d’un scénario de Stephen King.

La semaine passée, avec son mari, ils ont cassé leur tirelire pour s’offrir deux semaines de vacances dans un club 5 étoiles de la Côte d’Azur, à deux pas de Cannes, sans leurs enfants partis passer 15 jours chez leurs grands-parents. Ils avait vraiment tout bien préparé afin de pouvoir immortaliser ce séjour qui se devait être idyllique : une crème solaire hors de prix, un passage chez la pédicure pour avoir des pieds impeccables, un passage chez l’esthéticienne pour faire la chasse aux poils rebelles, et différents accessoires fashion comme un chapeau, des lunettes de soleil, ou encore  différents bracelets de chevilles. Bref, elle était armée pour inonder de photos les comptes Facebook, Instagram et autres Twitter de ses amies et provoquer chez elles un fort sentiment de jalousie.

Malheureusement pour elle, son désarroi fut énorme lorsqu’elle se rendit compte qu’elle ne pouvait rien poster sur les réseaux sociaux à cause d’une connexion internet 4G (et 3G) défectueuse. Résultat, adieu les statuts accompagnés de photos prises sous différents angles afin de montrer à la planète entière à quel point elle “kiffait sa race” au bord de la piscine ou de la mer qu’elle a rêvés toute l’année de poster.

“Plus rien n’avait de goût, j’ai dû me résoudre à manger mes plats au lieu de les photographier, la pédicure n’avait plus aucun sens si je ne prenais pas en photo mes pieds au bord de la piscine, je me suis même forcée à faire des parties de Sudoku pour tromper l’ennui”, a déclaré la mère de famille, la gorge nouée. “Non mais, franchement, à quoi ça sert d’être heureuse si ça ne fait chier personne ??? !”

Après seulement 48 heures passées dans ce lieu qui, quelques mois plus tôt sur la page web du club de vacances, avait tout l’air d’être parfait pour attiser la convoitise de ses connaissances, cette situation cauchemardesque de n’avoir aucune connexion internet digne de ce nom, eut raison d’elle, et elle se retrouva alors contrainte, la mort dans l’âme, d’annuler immédiatement la fin de son séjour. “Ça ne servait strictement à rien de continuer cette mascarade”, a encore indiqué la pauvre Kelly. Une fois de retour à son domicile, la mère de famille malheureuse a immédiatement ordonné à son mari d’annoncer sur tous les réseaux sociaux qu’ils n’étaient pas partis en vacances car il était tombé malade quelques jours plus tôt…