Image d’illustration : reference.com

Un dentiste Lyonnais a trouvé un moyen très original pour gagner (énormément) d’argent : il revendait les dents de ses patients à une mystérieuse “petite souris”.

Tout a commencé il y a près 30 ans quand Jean Naiharachéplin, alors âgé seulement de 6 ans, a obtenu 2 francs (environ 30 centimes d’euro) de la part de celle que ses parents appelaient “la p’tite souris”, après avoir placé sous son oreiller une de ses dents qu’il venait tout juste de perdre. Il n’a alors fallu que peu de temps pour ce jeune garçon, né avec un réel don entrepreneurial, qu’il existait une réelle “demande” au sein du marché de la dent tombée, et qu’il pouvait ainsi obtenir de l’argent de poche à foison s’il parvenait à se procurer plus de dents.

C’est ainsi qu’il s’est rapproché de ses premiers “clients”, des élèves de sa classe, leur promettant un pourcentage du profit de la revente dentaire en échange de leurs dents. Jean est alors parvenu à se procurer 6 dents auprès de 4 de ses camarades, rien qu’en 15 jours, qu’il a pu revendre à la souris avec un bénéfice total de 12 francs (un peu moins de 2 euros).

Pour étendre son activité, il s’est aussi vite rapproché de son jeune frère âgé de 4 ans. Très rapidement, là aussi, il est parvenu à le convaincre de lui laisser toutes ses dents en échange de quelques sous, qui ont permis au jeune homme d’affaire d’acheter une paire de pince… qui servira à arracher, une à une, les dents de ses trois sœurs.

Aujourd’hui, son activité professionnelle officielle en tant que dentiste est pour lui une source inépuisable de matière première et, inflation oblige, la mystérieuse souris rémunère bien plus chaque dent qui lui est rapportée. “Je dois reconnaître que je suis effectivement devenu millionnaire avec cette activité”, reconnait bien volontiers monsieur Naiharachéplin. “Toutefois, pour ceux qui souhaiteraient faire comme moi et récupérer une partie de mon activité à mes dépens, sachez que cela ne sert à rien de tenter cette aventure car je viens de signer un contrat de fournisseur exclusif pour les 50 prochaines années avec la petite souris !”

Jean Naiharachéplin (au centre) entouré de ses frères eu sœurs lors d'une réunion de famille en 2012.

Jean Naiharachéplin (au centre) entouré de son frère et ses sœurs lors d’une réunion de famille en 2012.