Tous les utilisateurs des réseaux sociaux ont eu la ********* de constater que la période électorale a été le théâtre d’un déferlement de haine, entre autres, sur les réseaux sociaux. Pour autant, il est important d’apporter toutes les réponses possibles, humaines ou électroniques, afin de créer un web du futur pacifique, ********** et harmonieux. C’est pour cette raison qu’un nouveau filtre numérique qui devrait être actif d’ici ce soir, a été installé au niveau mondial, et cela afin que les ******* ********** et ************ soient immédiatement et automatiquement modérés, sans avoir le moindre besoin d’une quelconque présence de *******.

Avec cette nouvelle technologie créée par les plus grands experts et spécialistes mondiaux, les propos injurieux et les insultes qui sévissaient sur la toile feront enfin partie du passé. Les réseaux sociaux et les forums, sur lesquels les attaques personnelles proliféraient telles des ******* ou encore des ****-********, personne ne semblait épargné, que ce soit les hommes **********, les célébrités, ou encore les simples inconnus.

Selon les psychologues, le principal facteur déclenchant serait le relatif anonymat des utilisateurs. Aussi, au lieu de *******, un grand nombre de s’*********** entreprend simplement de ********* et/ou ************** celui qu’il ne connaît que peu ou pas. C’est donc une nouvelle ère pleine de tolérance qui devrait émerger avec la mise en place de ce filtre.

Pour autant, des expression comme “se sentir comme un ******* et **********” vont évoluer en  “se sentir comme un ******* et **********”, car chaque gros mot, terme obscène ou injurieux sera immédiatement remplacé par des astérisques (*), bien plus consensuels.

De plus, les derniers tests indiquent que le filtre n’est que très rarement sujet aux erreurs, affichant le score très impressionnant d’une seule faute sur 10 millions de mots modérés. En effet, en plus des mots comme ******, ********, ***********, ******* ou ********** qui seront totalement supprimés, même des noms anodins comme *********, ** ****, ******************, ** *******, ******************, ** ***********, ******************, **********, ***********, ******** ****, ********* ou ********************* n’************* *** * ** ****.