preservatifs-troues

Une militante du mouvement pro-vie, soupçonnée d’avoir percé des millions de préservatifs au cours des deux dernières années, a été arrêtée et mise en examen hier soir par la police de Rambouillet dans le département des Yvelines.

Pour des raisons d’anonymat, celle que nous appellerons Christine B., 72 ans, se serait régulièrement introduite de nuit depuis septembre 2014 dans un entrepôt de l’un des principaux distributeurs de produits pharmaceutiques pour y percer les préservatifs masculins à l’aide d’une épingle de sûreté. Selon le commissaire de la police judiciaire Gilles Aiparbal, les actions de Madame B. pourraient être responsables de milliers de grossesses non désirées.

Depuis près de deux ans et demi, un nombre croissant de plainte envers le fabricant étaient déposées par des clients accusant les préservatifs de n’être pas suffisamment résistants. Cela a conduit l’entreprise pharmaceutique à rénover son système de fabrication et sa chaîne de distribution, permettant dans la foulée la mise en place de centaines de caméras de surveillances pour tout vérifier en temps réel, de la production à la distribution.

“Les enquêteurs travaillant sur cette affaire ont conclu qu’entre 12 et 18 millions de préservatifs ont été troués par l’accusée, et ce, depuis 2014”, a déclaré le représentant des forces de l’ordre. “Cela signifie qu’elle a pu faire des millions de victimes à travers tout le territoire. Peu importe ses motivations, si c’est une personnalité plus ou moins connue, ou même si elle a des amis au sein de nos politiciens, cette femme est vraiment dangereuse et nous sommes très heureux d’être parvenus à mettre fin à ses terribles actions.”

Article publié la première fois dans sa version originale le 05-11-2016