Photo d’illustration : moneycrashers.com/ZZN.fr

Photo d’illustration : moneycrashers.com/ZZN.fr

Il y a tout juste deux jours, nous vous rapportions, en exclusivité, le drame que vivait Paul Tergeïst, un jeune Parisien de 26 ans, bloqué dans un phénomène paranormal de faille temporelle depuis le passage à l’heure d’hiver dans la nuit de samedi à dimanche dernier.

Hier dans la soirée, Jean Sairien, un des chercheurs à l’Université Paris XII qui travaille à la libération du pauvre homme, a quand même enfin annoncé une bonne nouvelle, alors que tout le monde commençait peu à peu à perdre espoir. En effet, selon les derniers tests effectués par lui et son équipe, Paul pourra être libéré d’ici une vingtaine de jours, soit plus précisément au cours de la nuit du 21 au 22 novembre. Bien entendu, cela peut sembler long à attendre pour nous, mais il ne faut pas oublier que pour le prisonnier, le temps ne passe pas.

“Après avoir étudié toutes les possibilités rationnelles ou irrationnelles, mon équipe et moi-même sommes parvenus à la conclusion que seule la physique et les mathématiques pouvaient venir en aide à monsieur Tergeïst”, a expliqué le scientifique. “Nous avons donc été dans l’obligation d’utiliser un ordinateur quantique pour effectuer les calculs dont nous avions besoin, qui devaient être d’une précision totalement inimaginable. Les résultats sont sans équivoque : entre deux et trois heures du matin chez nous exactement 24 heures jours après le changement initial d’heure, le cobaye prisonnier du temps devra cesser définitivement de changer d’heure ses horloges. C’est à ce moment-là que ces dernières devraient être totalement synchronisées avec les nôtres, et ce cauchemar pourra enfin prendre fin.”

Cependant, le chercheur rappelle toutefois qu’il ne faut pas crier victoire trop tôt. En effet, nul ne sait d’avance si, un jour, Paul Tergeïst pourra rattraper les 24 jours qu’il n’aura pas vécu…