Photo : rtl.fr

Photo : rtl.fr

C’est une annonce choc qu’a faite hier François Hollande en visite à Calais, mettant ainsi probablement un sérieux coup de frein aux tensions autour de la question des migrants, dans cette ville où la “jungle” n’a, jusque-là, cesser de grossir.

Moins d’une semaine après que des policiers belges aient provoqué un incident diplomatique en déposant des migrants en France, et quelques jours seulement après la venue sur place de Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite et du centre, notre président a indiqué que très prochainement, le tunnel sous la Manche serait déplacé en Belgique, à proximité de la ville d’Ostende.

“Citoyens Calaisiennes et Calsisiens, derrière les surenchères politiques et le brouhaha médiatique de ces derniers mois, se cache une réelle recherche de solution à votre problème pour que cette belle région qu’est le Pas-de-Calais ne soit plus un campement insalubre à ciel ouvert”, a indiqué le chef de l’état accueilli préalablement par des sifflets.

“De plus, je vous ai promis que j’allais démanteler complètement, définitivement le camp de la Lande (nom officiel de la Jungle). Toutefois, il me tient à cœur que tout se déroule dans le plus grand calme, afin de ne pas attiser encore un peu plus les tensions déjà existantes. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé au premier ministre de faire déplacer, au plus vite, le Tunnel chez nos amis Belges. Il faudra s’y prendre avec méthode et en même temps avec détermination, car ainsi, les migrants n’auront alors plus aucune raison de rester ici et partiront d’eux-même dans le calme. C’est une opération qui est forcément exceptionnelle, parce que nous sommes dans une situation exceptionnelle !” | François Hollande –  Calais – 26/09/2016

Interrogé par les journalistes, Monsieur Hollande a indiqué que le transfert devrait être effectué dès les premiers mois de 2017 par des entreprises de transport routier 100% Françaises, permettant ainsi la création de plus de 2000 emplois dans une région considérée comme sinistrée. De son côté, le gouvernement Belge a lui aussi annoncé l’embauche de plus de 1000 agents des forces de l’ordre afin de faire face à l’afflux annoncé des migrants. “Quand j’ai annoncé mon projet à Jan Jambon, le vice-premier ministre de Belgique chargé de la sécurité et de l’intérieur, j’ai tout de suite compris que cette idée allait leur donner la frite”, a ironisé notre président avant de déclencher de soudains applaudissements nourris.