Photo d'illustration : lemonde.fr

Photo d’illustration : lemonde.fr

“Ce n’est pas trop tôt et nous sommes sûrs que les Français vont nous suivre dans leur choix” a indiqué, un brin soulagé Germain Tfoavauté, le porte-parole de l’association UNPLP (Un Non Pour Le Peuple). Hier soir après une longue discussion entre le président et le premier ministre, ce dernier a annoncé à la presse qu’il allait demander, par référendum, l’avis des Français et ce, d’ici la fin de l’année.

“Afin de calmer les tensions, le président et moi-même avons décidé de demander l’avis de tous les Français qui souhaitent s’exprimer par le biais d’un vote qui se résumera à une question simple : Oui ou Non” a expliqué solennellement de son côté, le chef du gouvernement.

Ce revirement soudain intervient alors que la pratique même du référendum semble se démocratiser après les consultations pour l’aéroport de Notre Dame des Landes ainsi que celle pour le divorce entre les Britanniques et la Communauté Européenne.

“Il est important, à l’approche des prochaines élections, que tout le monde comprenne que nous agissons pour le bien de tous les Français, même si les décisions sont parfois difficiles à prendre. Cependant, et tel est mon rôle, je ne déroberai pas à mes obligations en prenant toutes mes responsabilités afin d’assumer pleinement mes choix, même si ces derniers ne sont pas populaires. Vive la République et vive la France !” a encore proclamé le premier ministre.

Le débat risque donc d’être acharné entre les partisans du OUI et ceux qui s’expriment comme étant totalement contre. Selon un sondage IPSOS/Le point à paraître demain, si le vote avait lieu aujourd’hui, aucune tendance ne permettrait de déterminer quel serait le vote de Français.

Et, selon vous, est-ce le OUI ou le NON qui va l'emporter ?

Voir les résultats très importants de ce sondage

Loading ... Loading ...