petition-UEFA

Capture d’écran du site du gouvernement Britannique

Alors que, au surlendemain de l’élimination de l’Angleterre par l’Islande (1-2) dès les huitièmes de finale de l’Euro 2016, les journaux britanniques parlent encore et toujours de “défaite la plus humiliante de l’histoire”, une pétition mise en place par les fans de foot Britanniques demandant de rejouer le match a atteint 3,9 millions de signatures en seulement 24 heures.

La pétition qui, conformément à la législation locale déclenche automatiquement un débat au Parlement, remet en question les méthodes par lesquels les résultats des matchs sont déterminés, et ce, particulièrement, si les résultats sont défavorables à l’équipe de la Reine Élisabeth 2. “Je suis toujours en vie malgré le Brexit… Mais là, j’ai reçu comme un coup de couteau dans le dos !” a indiqué sa Majesté.

Quant à Boris Johnson, le résultat de ce match est tout simplement inacceptable : “personne ne devrait pouvoir tolérer qu’une île totalement isolationniste puisse atteindre les quarts de finale d’une compétition internationale de cette importance !”

“Personne n’a indiqué à nos joueurs qu’ils devaient marquer plus de buts que l’équipe adverse…” a, de son côté, expliqué le sélectionneur anglais démissionnaire Roy Hodgson. “Nous pensions, comme la logique le voulait, que les Islandais devaient marquer au moins 2 points de plus que nous pour être qualifiés… Le plus probable est que les règles aient été changées à la dernière minute pour nous punir d’avoir voté le Brexit.”

Malgré les près de 4 millions de signataires, l’UEFA a rejeté la validité de la pétition, invoquant que certaines de ces signatures auraient été réalisées en dehors du territoire Britannique, et plus précisément à proximité de l’Allianz Riviera de Nice, à l’instar de Marion Maréchal Le Pen et sa fausse signature contre le Brexit. En effet, comme l’a indiqué le porte-parole de l’Union des Associations Européennes de Football, “il n’est plus possible de changer le résultat, même s’il a été clairement obtenu par des crétins qui ne semblaient pas savoir ce qu’ils faisaient”.