Photo d'illustration : Shutterstock

Photo d’illustration : Shutterstock

Enfin un point positif dans cette crise du carburant en France : les travailleurs ont enfin une excuse valable pour arriver en retard à leur travail, ou même ne pas y aller du tout !

Pour la première fois en 43 ans, depuis le choc pétrolier de 1973 et la crise qui en a suivi, “Mon réveil n’a pas sonné” n’est plus numéro 1 au classement des excuses pourries données pour tenter d’expliquer un retard ou une absence. En effet, en cette semaine du 23 au 29 mai 2016 et alors que nous ne sommes encore que jeudi, c’est sans contexte le “J’ai plus d’essence” qui est devenu le nouveau Best Seller au sein des entreprises.

“Avant, je trouvais que leurs excuses de réveil qui ne fonctionnent pas étaient des histoires à dormir debout” explique le directeur des ressources humaines dans une entreprise Normande. “Jusqu’à la semaine dernière, il était courant, pour ne pas dire quotidien, que l’on vienne me dire que mes employés avaient un problème de réveil. Bon, je me doutais bien qu’il y avait anguille sous roche vu que l’entreprise avait offert à tous ses employés, des radios-réveils dernier cri à Noël. Cependant, comme les jours qui suivirent, rien n’y avait changé, j’ai eu la mauvaise idée d’émettre quelques réserves quant à la véracité de leurs propos… Mais là, depuis lundi, ils ont tous, mais vraiment tous la même excuse : J’ai plus d’essence ! Franchement, quel manque d’originalité !”

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, explique que ses camarades n’ont pas d’autres choix : “Il fallait bien que l’on fasse quelque chose. Le travailleur Français croule sous le travail, comment voulez-vous qu’il ait le temps d’inventer des excuses inédites ? Vous pensez que c’est pour quelle raison que nous bloquons l’économie du pays ? La loi travail ? Avant tout, c’est pour avoir enfin une nouvelle excuse dans notre poche, et cela nous laisse un peu de temps pour trouver de nouveaux alibis plus crédibles”.