femme-enceinte

Les grossesses seront soumises à cotisation !

“Lorsqu’elles sont enceintes, les femmes travaillent, seules, à la fabrication de leur bébé” a indiqué l’URSAFF dans un communiqué, 48 heures seulement après avoir souhaité requalifier les chauffeurs d’Uber en salariés. En effet, l’Urssaf Auvergne, qui assure la gestion du Centre national de recouvrement pour les familles bénéficiaires de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) et employant à ce titre une garde à domicile ou une assistante maternelle agréée, estime que l’état a le droit de demander des comptes (financiers) aux futures mamans.

“Les femmes enceintes sont des Travailleuses Indépendantes et doivent se soumettre à la réglementation en vigueur qui les oblige à se déclarer et payer des cotisations” indique l’organisme d’état. “Passer une grossesse sous silence devra donc être considéré comme du travail dissimulé, ce qui est un délit. À ce titre, toute contrevenante se plaçant dans une telle situation encourt des sanctions civiles, administratives, mais également pénales pouvant aller jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et une amende de 45 000 euros. De plus, les peines peuvent être aggravées si la future maman est mineure ou une personne particulièrement vulnérable, l’amende pouvant atteindre 225 000 euros.”

L’organisme qui perçoit les cotisations sociales a annoncé avoir saisi la justice pour faire reconnaître le statut de Travailleuses Indépendantes pour les femmes enceintes. “Evidemment, avec ce statut, elles seront automatiquement affiliées au RSI (Régime Social des Indépendants) et cotiseront pour leur retraite et celle de leur enfant auprès de la CIPAV (Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse des professions libérales)” a encore indiqué l’organisme, avant de conclure par “Comme cela, les futures mamans et les bébés seront bien protégés !”. Ouf, ils ont heureusement pensé à tout !