Pièce de 2 euros au soleil fabriquée en Chine (à gauche) VS Pièce de 2 euros au soleil fabriquée en France (à droite)

Pièce de 2 euros au soleil fabriquée en Chine (à gauche) VS Pièce de 2 euros au soleil fabriquée en France (à droite)

L’état Français souhaitait économiser beaucoup d’argent en délocalisant la fabrication des pièces de 2 euros en Chine, mais maintenant, il s’en mord les doigts.

“Par l’utilisation -illégale-, car il faut bien appeler une poule : une poule, de métaux génétiquement modifiés produits en Extrême-Orient pour fabriquer les pièces de 2 euros, ces dernières sont de très, très mauvaise qualité” a indiqué un ancien expert en métallurgie d’ArcelorMittal aujourd’hui au chômage. “Elles se déforment et peuvent même, dans certains cas extrêmes, prendre feu après avoir été placées quelques minutes au soleil derrière la vitre d’un véhicule, par exemple. Même une crème glacée ne fond pas aussi vite !”

La mauvaise tenue de cette monnaie serait due à une forte proportion de cuivre et de nickel issue d’OGM. Alors que le cabinet du Ministère des Finances et des Comptes Publics a annoncé être déjà parvenu à retirer de la circulation la plus grande partie des pièces incriminées, notre ministre Michel Sapin recommande de les mettre soit au frais au réfrigérateur ou au congélateur, soit de se les faire échanger auprès des bureaux de la Banque de France situés à Shanghai, Beijing ou Hong Kong.