Image d'illustration : Shutterstock

Image d’illustration : Shutterstock

Une étude, menée par plusieurs Universités Européennes, a réussi à faire la lumière sur les raisons qui nous poussent à aller régulièrement fouiller dans notre nez, mystère de la science qui semblait jusque-là insoluble.

“Aux toilettes, personne n’aime tremper sa main dans ce qui vient de sortir de son anus, alors que beaucoup de monde aime jouer avec sa morve” explique le docteur John Deuf de l’université de Varsovie. Après avoir suivi plus de 2800 volontaires à travers toute la planète dans leur vie de tous les jours et ce, pendant près d’une décennie, les chercheurs ont conclu que “l’homme enfonce le doigt dans son nez pour obéir à son instinct primitif de chasseur. Il espère y trouver quelque chose de nouveau, comme un instrument pour faire du feu, une boite de cassoulet ou un ticket gagnant de l’Euromillion” affirme le chercheur.

Toutefois, il ne faut s’attendre à des miracles car, dans 96% des cas, le fouineur ne récupère pas dans son nez ce qu’il espérait y trouver. “Nous agissons avec notre instinct animal qui nous oblige à aller pêcher dans une rivière sans eau : nous sommes à la perpétuelle recherche du Saint-Graal dans un endroit qui nous est familier !” indique encore M. Deuf.

Simon Némpicott, un jeune Parisien ayant participé à l’étude en tant que bénévole, reconnaît pratiquer la recherche nasale systématiquement quand il est stoppé devant un feu tricolore “comme presque tout le monde” affirme-t-il. “Si je ne trouve rien d’intéressant, je fais une boulette de mes découvertes puis je la jette par la fenêtre si la météo le permet, ou je la colle sous mon siège dans l’idée de m’en débarrasser plus tard. Depuis le temps que je fais ça et que mes recherches sont stériles, un jour ou l’autre, il faudra bien qu’elles portent leurs fruits !”

Selon le département de psychologie comportementale de l’Université Paris 2, voici les 5 choses qui ont déjà été trouvées dans des nez et qui nous font espérer qu’un jour, nous aussi, nous touchions le Jackpot :

  • de la cocaïne,
  • du plancton,
  • notre point G,
  • du mucus commercialisable sur le Bon Coin,
  • Donald Trump…