scanner

A l’instar de l’alcool ou la cigarette, certaines addictions que nous avons peuvent parfois être très dangereuses pour la santé.

C’est pourquoi le CNRS vient de publier les résultats de la première étude de l’activité cérébrale qui utilise l’imagerie par résonance magnétique pour voir ce qui se passe dans la tête des gens quand ils écoutent du Kendji Girac pendant une longue période. Selon les auteurs de la recherche, le cerveau serait en mesure de supporter 7 heures et 56 minutes sans blessures graves. Au delà de cette limite, les séquelles infligées au cerveaux peuvent être irréversibles.

Lors de la première phase de test, le titre Color Gitano, précédemment primé en 2014 comme Chanson de l’année aux NRJ Music Awards, a été mise en boucle en laboratoire dans des enclos à l’intérieur desquels se trouvaient des souris. Le test fut excessivement bref car ces dernières auraient malheureusement perdu connaissance avant même d’écouter la chanson une seconde fois.

kendji-girac-01

Un enclos test à souris

Dans la phase suivante, le cerveau de 18 volontaires humains ont été scannés en écoutant, là aussi en permanence, les deux albums Kendji et Ensemble du vainqueur de la 3ème saison de The Voice. “Après deux heures, les cobayes qui avaient des accents marqués comme les Alsaciens, se sont retrouvés à parler comme les Marseillais” a expliqué le représentant du CNRS. “Puis, trois-quatre heures plus tard, les hommes ont rapidement convulsé avec de la bave s’écoulant de leur bouche et des yeux retournés. Étrangement, les femmes sont arrivées à tenir encore deux heures de plus, avant, elles aussi, de tomber dans un profond coma. Nous en sommes sûrs et tous les résultats nous le prouvent maintenant, il est totalement impossible au cerveau de tenir plus de 7 heures et 56 minutes d’affilées à écouter Kendji sans infliger des séquelles irrémédiables au cerveau humain.”

Toutefois, les chercheurs qui ont mené cette étude doivent maintenant faire face à de sévères critiques de plusieurs comités d’éthique qui ont qualifié “d’atroce” ces recherches qui ont infligé des tortures inutiles à des volontaires humains au nom de la science. En effet, il y a quelques mois, une étude similaire avait tenté d’être menée sur les effets de la musique de Maître Gims, en vain. En effet, malgré des protections auditives de dernières générations, il n’a fallu qu’une rupture de quelques secondes du confinement dans lequel se trouvaient les cobayes, pour que les chercheurs soient eux aussi contaminés et perdent une cinquantaine de points de QI.

kendji-girac-02