chirurgie

Une étude, publiée au sein de la très sérieuse revue scientifique Nature de cette semaine, affirme qu’un grand nombre de célébrités comme Emmanuelle Béart, Mickey Rourke, Mélanie Griffith, Catherine Deneuve, Meg Ryan, Rose McGowan, Uma Thurman, Amanda Lear ou encore, bien évidemment les frères Bogdanov, pourraient littéralement fondent d’ici seulement 5 ans.

Rien qu’en France, les températures plus élevées chaque année dans le Sud et dans le Centre de l’hexagone, feront fondre les matériaux utilisés dans leurs nombreuses chirurgies plastiques, les transformant en ce que les scientifiques décrivent comme une “flaque”.

“Prenons l’exemple des deux frères, Igor et Grichka” explique le chercheur à l’origine de l’étude. “S’ils décident de sortir de chez eux ou si leur climatisation tombe en panne, ne serait-ce que cinq minutes, cela pourrait être la fin ! Tous nos calculs prouvent que les polymères, principales compositions des stars sus-cités (et de bien d’autres encore…), n’ont pas été créés pour résister aux températures à venir. C’est la raison pour laquelle ils ne se déplacent déjà plus dans les pays chauds et/ou tropicaux. Evidemment, il va de soi que Dubaï n’est pas concerné par les problèmes de chaleur car là-bas, tout est fait pour accueillir les vedettes en plastique sans qu’ils ne mettent jamais les pieds dehors : parkings et aérodromes intérieurs, pistes de ski, etc. Même les rues commerciales sont réfrigérées (voir notre article) !

Toujours est-il que la revue scientifique tire la sonnette d’alarme car les chirurgies esthétiques sont de plus en plus populaires chez les riches dans les pays développés. “Des générations entières de stars et de leurs conjoint(e)s pourraient fondre si rien n’est fait rapidement, accentuant ainsi la montée inexorable des océans et de ses conséquences dramatiques pour les pauvres innocents” insiste le journal. “Subir une intervention chirurgicale pour rendre votre corps conforme à une norme de beauté totalement parfaite pouvait sembler être une bonne idée jusqu’à aujourd’hui, mais les risques seront trop importants dans les années à venir… à moins d’être Inuits !”