confidentiel

Alors que la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) a annoncé, jeudi 24 mars, avoir condamné Google à 100 000 euros d’amende pour son application de recherche jugée trop restrictive du “droit à l’oubli”, Al Zheimer vient d’être honoré hier, par le même organisme, du Prix 2016 de la Confidentialité.

Après avoir commencé par effacer de sa mémoire les numéros de téléphone de ses amis, Al n’a pas hésité à tirer un trait sur tous les événements ainsi que les gens qu’il avait rencontrés au cours de ces 70 dernières années, et ce, afin de se conformer au mieux aux nouvelles règles Européenne du droit à l’oubli.

“C’est un véritable exemple que les grandes entreprises devraient suivre” a indiqué Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente de la CNIL. “Il suit, corps et âmes, toutes nos recommandations. Par exemple, depuis que son petit-fils, adolescent, lui a demandé – Oh, oublie-moi -, Al Zheimer l’a fait et il n’a pas hésité aussi à oublier qu’il était marié depuis quelques dizaines d’années et qu’il avait eu des enfants. Google et les autres devraient en prendre de la graine !”

La confidentialité, Monsieur Zheimer l’utilise chaque jour, au point de l’appliquer à tous les instants de sa vie : “Il a été déposé par un de ses amis devant nos locaux pour recevoir ce magnifique prix amplement mérité qu’il vient de gagner mais maintenant, nous ne savons plus quoi faire de lui car il assure avoir déjà effacé de sa mémoire l’endroit où il habitait…”