manger-prolonge-la-vie

Alors que nous pensions tous, en cette période de fêtes, que nos estomacs feraient mieux de ne plus rien manger car nous avons l’étrange impression de prendre du poids, une étude pour le moins surprenante vient enfin nous déculpabiliser en apportant de premiers indices indiquant que consommer de la nourriture nous permettrait de vivre plus longtemps.

En effet, depuis quelques années, divers journaux pseudo-intellectuels nous exposent les vertus ou les effets néfastes des aliments sur nos organismes. Mais qui et quoi croire ? Cette question a motivé une équipe internationale d’experts qui a mené une série d’expériences démontrant, sans la moindre ambiguïté, tous les effets bénéfiques de la nourriture sur le corps humain.

“Pour des raisons éthiques, nous avons dû entreprendre des recherches en laboratoire sur des animaux” a indiqué le professeur à la tête de l’étude. “Nous avons travaillé avec des poissons rouges que nous avons réparti en 2 groupes. Il y avait le groupe A que l’on laissait tranquillement vivre dans un bocal sans aucune interaction avec l’extérieur, et un second groupe, le B, à qui nous apportions quotidiennement des aliments. Les résultats ont été stupéfiants, bien au-delà de nos attentes. Alors que tous les sujets A décédaient les uns après les autres de mort naturelle, ceux qui appartenaient à l’équipe B étaient, et semblent encore aujourd’hui, en pleine forme.”

Toutefois, même si le parallèle avec l’homme semble évident, le scientifique souhaite enfin pouvoir passer à la vitesse supérieure : “Evidemment, je suis conscient que comparer des poissons rouges aux humains ne semble pas évident pour le commun des mortels. C’est pourquoi, d’ici quelques mois, nous commencerons les premières expériences sur des volontaires ou, si c’est le Front National qui prend le pouvoir aux prochaines présidentielles, sur des étrangers. Cela devrait permettre à la France d’entrer dans le cercle des rares pays menant des tests pour savoir si la famine existe vraiment ou si tout cela n’est qu’une légende urbaine.”