agriculture

Monsieur Deschamps, un agriculteur officiant à Saint-Pantaléon qui se trouve juste au-dessus de MontCuq dans le lot, a été surpris par des membres de l’association “60 millions de consommateurs qui choisissent” en train de répandre des restes fécaux sur ses champs. Comble de l’horreur, les terrains incriminés auraient été utilisés pour la culture de pommes de terre et de blé, initialement destinés à la consommation humaine.

Matt Lamairdktamila, président de l’association, se dit consterné : “nous ne suspections pas Monsieur Deschamps de faire un élevage de poissons, même si la puanteur qui émanait de ses exploitations était difficile à ignorer… Mais nous n’aurions jamais pu imaginer deux secondes qu’il irait jusque-là”.

Il aura fallu près de 3 mois pour découvrir le stratagème. “Nous devions avoir le cœur net sur ce qui se tramait ici. C’est pourquoi nous avons installé une douzaine de caméras au sommet de certains arbres qui entourent des champs que nous avions préalablement classés comme potentiellement à risque” a indiqué Monsieur Lamairdktamila. “Les images que nous avons découvertes sont incroyables : à l’aide d’une remorque, construite très probablement à cet effet, le père Dédé (comme ils l’appellent dans le village) répandait généreusement des milliers de litres d’un produit mal odorant, composé, tenez-vous bien, d’excréments de vaches !”

Cependant, et c’est une information exclusive ZNN.fr, selon des experts contactés par notre rédaction, il ne fait presque aucun doute que les déjections animales se soient infiltrées à travers le sol, avant de se faire littéralement absorbées par les plantes qui y poussent. De plus, il semblerait que le consommateur ne puisse, à aucun moment, se rendre compte de l’intoxication qu’il est en train de subir. “Il est totalement impossible de déterminer, uniquement en goûtant, si le produit mangé est contaminé” nous a indiqué un des scientifiques. “Un pain, produit avec du blé qui aurait absorbé du fumier, ne diffère absolument pas d’un autre. D’où la question que nous nous posons : pourquoi un agriculteur aurait cette idée saugrenue de contaminer ses champs de la sorte ?”

Ce qui rend l’histoire encore plus inquiétante selon Matt Lamairdktamila, c’est que la pratique de Monsieur Deschamps ne semble pas être isolée. “Nous avons reçu un grand nombre de réclamations suite à des gens qui suspectent leur agriculteur local de répandre des bouses de vaches au sein de son exploitation, et ce, à travers tout le pays. Il nous sera bien sûr impossible d’aller enquêter partout. C’est pourquoi, nous encourageons les consommateurs à être vigilants et à signaler immédiatement aux autorités la présence de toute remorque suspecte ou de toute odeur inexplicable dans un champ.”