eau-deshydratee

Depuis l’existence des données météorologiques en 1800, jamais la planète n’avait connu des températures aussi élevées sur ce mois, selon la Nasa. L’année 2015 devrait en outre battre un nouveau record de chaleur, et un peu partout à travers l’hexagone, les restrictions d’eau font désormais parties du quotidien. Aussi, pour palier au manque d’eau potable de plus en plus fréquent dans le monde, des scientifiques viennent de dévoiler à la revue européenne Science et Vie la toute première eau en poudre, à ne pas confondre avec l’eau sèche.

On croyait le procédé impossible à mettre en œuvre et pourtant Jean-Frederic Auchaihavaikdékaillou-Silyavaidelo, un chercheur Marseillais de l’IRHyPa (Institut de Recherche pour l’Hydratation du Pastis), vient d’en faire l’étonnante démonstration. Composée d’eau déshydratée par un procédé d’évaporation infiniment complexe,  il arrive à créer 100 grammes de poudre d’eau à partir de deux litres liquides. Ensuite pour le processus inverse, il suffit de mélanger ces 100 grammes avec 1dl d’eau claire pour obtenir l’équivalent d’un litre d’eau potable. Lors de la présentation du produit dans un bar du vieux port Marseillais, un seul mot est venu à la bouche des participants : “Oh peuchère, le pastaga ! Comme ça, il va me rendre tout ganare ! Mais au moins, j’aurais moins besoin de changer l’eau aux olives !”.

De nombreuses ONG et même l’Agence Spatiale Européenne (ESA) se montrent intéressées par ce procédé révolutionnaire. Dans un contexte commercial, le domaine d’application est tellement étendu que des sociétés pourraient proposer le remplissage de piscines de façon fulgurante.

Pour le moment, le scientifique n’a pas accordé de licence d’utilisation de son brevet et réfléchit pour mettre sur pied une production industrielle. Pour cela, son installation devra se situer à proximité de nappes phréatiques et de réserves importantes en eau potable.