Headbanging

Headbanging

Le headbanging, pratique courante chez les amateurs de heavy metal et de hard rock consistant à secouer violemment la tête sur de la musique, présente de gros risques selon des scientifiques allemands.

Des neurochirurgiens viennent de signaler le cas d’un homme de 50 ans victime d’une lésion cérébrale survenue un mois après avoir assisté à un concert de Motörhead. Il serait passé à deux doigts de la mort en janvier 2013. Un mois après avoir participé à un concert de Motörhead, ce patient est arrivé aux urgences en se plaignant de violentes migraines, s’intensifiant au fil des jours. Les médecins lui ont découvert un hématome sous-dural (un épanchement de sang entre les tissus des méninges qui entourent le cerveau).
Les hématomes sous-duraux surviennent la plupart du temps à la suite de traumatismes crâniens. Ils peuvent apparaître plusieurs semaines après le choc. Les chirurgiens ont dû évacuer l’hématome en effectuant une trépanation (en perçant un trou dans son crâne).

D’après les scientifiques, le headbanging ne provoque pas que des traumatismes crâniens car peut aussi être à l’origine de « coups du lapin », de dissections de l’artère carotide ou de fractures de la 2e vertèbre cervicale.

Les chauves semblent donc protégés face aux danger du heavy metal…

Metal Construction par Spi0n